Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2017 : http://artpostalenvois.blogspot.com/


mardi 17 juin 2014

Eurovélo 6 - Coup d'oeil dans le rétroviseur....



De retour… Impression bizarre de ne pas monter sur son vélo comme chaque matin. 

Vos mails, textos, commentaires sur le blog ont été appréciés. Nous avons lu tous vos messages avec attention, voici quelques réponses aux questions que vous vous et nous posiez. 

 32 étapes, 2210 km, dont 1760 le long du Danube.


La carte de notre parcours, pour plus de détails, cliquer sur ce lien : 
https://mapsengine.google.com/map/edit?mid=zqy5c4RPwQOE.ky39hjQzmo3I
Chaque repère donne la date, le lieu de l’étape, le kilométrage journalier et total.

Le Danube, deuxième plus long fleuve d’Europe après la Volga, notre fil rouge à suivre de la source jusqu’à Budapest. 
Très beau parcours,  extrêmement varié : des contreforts de la Forêt Noire aux trois capitales - Vienne, Bratislava, Budapest- des paysages ruraux aux barrages autrichiens, des centres anciens à l’architecture ultramoderne de la banlieue d’Ulm, des champs de houblon aux vignobles, des plateaux de la haute vallée du Danube aux centres anciens des villes médiévales, jamais un moment d’ennui. 



Au long des kilomètres, les mollets pédalent, et l’esprit est libre pour admirer, observer, écouter…
Seules les 3 étapes avant Budapest sont beaucoup moins agréables, trop éloignées du Danube, et sur des pistes en mauvais état.

Des découvertes, des rencontres : la vie du fleuve, ses fleurs et ses oiseaux. Le Danube est une voie de communication très fréquentée, les vélos au bord, et sur l’eau les bateaux, péniches lourdement chargées, embarcations de plaisance, navires de croisière, qui proposent divers séjours clés en main bateau + vélo. 


Cyclistes : ça roule, toujours un ou plusieurs cyclistes en ligne de mire. Nous avons été impressionnés par le  nombre d’individus à vélo, nous nous sommes vite rendus compte que peu de personnes partent dans la durée à cette époque de l’année. En revanche, les sorties en famille à la journée, et les propositions touristiques vélo + bateau ont beaucoup de succès.

Le balisage est toujours présent, un peu trop en Allemagne, où on peut prendre une mauvaise direction, parfait en Autriche, beaucoup plus aléatoire en Hongrie. 
Nous avons utilisé les topos-guides en allemand, cartes parfaites, commentaires très fiables, quand on réussit à traduire. 




Donaueschingen – Passau 595 km : altitude de 700m à 300 m.
Passau – Vienne 320 km : altitude de 300m à 150 m.
Vienne – Budapest 340 km : altitude de 150 à 120m

4 départements : Jura, Doubs, Territoire de Belfort, Haut-Rhin
5 états : France, Allemagne, Autriche, Slovaquie, Hongrie

Vélo : contrairement à ce qu’on lit ici ou là sur l’Eurovélo 6 de Dole à Budapest, le parcours est exigeant. 
La majeure partie est plate, mais le poids des sacoches, le vent de face, les nombreuses côtes souvent courtes mais très raides demandent  un effort réel, le nombre de kilomètres induit lui, une fatigue qui s’installe au fil des coups de pédales.
A l'arrivée à Bâle,  dernier tour de roue à la passerelle des trois Pays :


Nos journées : leur déroulement est toujours semblable, lever, copieux petit déjeuner, et c’est parti ! On s’arrête souvent pour les visites, les photos, les échanges avec d’autres cyclistes et les courses du pique nique : salade de pâtes ou de riz, thon, yaourts délicieux, fruits et chocolat. C'est aussi un moment de repos toujours bienvenu.





On termine l’étape vers 17h, pour avoir le temps de la douche, se reposer, faire la lessive, et étudier l’étape du lendemain. Le repas du soir est pris à la tente, ou à l’auberge voisine en fonction de nos envies et…du menu.


 


Le petit-déjeuner allemand ou autrichien est toujours un régal.


Camping : la mauvaise surprise ! S’ils sont toujours confortables et impeccablement propres, ils sont bruyants. Le Danube est une voie d’eau très utilisée : péniches et bateaux de loisirs et de tourisme circulent constamment.
Voies ferrées et autoroutes longent les rives, l’aéroport de Vienne ne se fait pas oublier. Et nos contemporains ne sont pas très calmes : longues conversations, fêtes du week-end bien alcoolisées, il est difficile de récupérer dans ces conditions. 

Nous avons donc souvent dormi en dur, en auberge ou chez l’habitant.

 

Bagages : tout avait été anticipé, pesé, choisi, posé, repris. 
A l’usage les choix étaient bons : rien de superflu, rien n’a manqué. Les vêtements chauds, bonnet, gants polaire, ont fini le parcours au fond des sacoches, mais ont été fort utiles les 10 premiers jours. 
Nous sommes chargés : 26 kg pour Jean-François, 20 pour moi, mais comment faire plus léger sur un périple de 5 semaines. A moins d’abandonner complètement l’option "camping".

D’autres cyclistes voyagent plus léger, souvent pour une dizaine de jours, mais les voyageurs au long cours sont en général très chargés. Voir là : http://lacabornedelourse.blogspot.fr/2014/05/rencontres-sur-leuroveloroute-6.html

Sur le plan technique, aucune crevaison, mais un bris de roue du à la charge et aux secousses. Mon vélo n’est pas adapté à cette pratique, ce n’est pas un vélo de voyage, j’ai souvent regretté mon VTT, plus lourd, mais plus apte à ce type de parcours.
Le rétroviseur est indispensable, une sécurité pour repartir, et en agglomération, repérer les véhicules.

En conclusion un parcours très agréable, qui nous a enchanté tout au long, à conseiller à tous les amoureux du vélo !

Merci à Jean-François pour ses photos, et ses comptes-rendus quotidiens dont je me suis largement inspirée.

1 commentaire:

Alex Vallet a dit…

Un grand merci à vous 2 pour cette belle aventure bien menée, bien racontée, bien illustrée qui m'a fait rêver ce mois durant...Et une petite part de rêve c'est toujours bon à prendre!