Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2017 : http://artpostalenvois.blogspot.com/


mercredi 7 juillet 2010

En partance...

Pas de nouvelles avant début août, date de notre retour des Pyrénées.
Verrons-nous l'ours au cours de nos randonnées ? En tout cas, nous en entendrons parler...
Bel été et bonnes vacances à vous tous !

mardi 6 juillet 2010

Stop aux massacres de blaireaux en Côte-d'Or !

Le département de la Côte d’Or autorise, depuis mars 2010, le massacre de blaireaux sous prétexte qu’ils entretiennent et répandent la tuberculose chez les bovins d’élevage.


Plus de 2 000 blaireaux auraient déjà été piégés et tués. Les épidémiologistes sont pourtant unanimes : cette mesure est vaine. D’autres actions permettent de lutter efficacement contre la maladie. One Voice soutient l’initiative de l’ASPAS (Association pour la sauvegarde des animaux sauvages) et du RAC (Rassemblement anti-chasse) qui, dans une lettre ouverte, demandent au préfet de Côte d’Or de faire cesser cette campagne d’extermination.

L’article de Fabrice Nicolino : Buter les blaireaux jusque dans leurs chiottes :
http://fabrice-nicolino.com/index.php/?p=899

Lettre ouverte adressée au préfet de la Côte d’Or, cosignée par 70 associations

Préfet de la Région Bourgogne, Préfet de la Côte d'Or
53 rue de la Préfecture  21041 DIJON

Monsieur le Préfet,

Vous avez pris deux arrêtés préfectoraux le 4 mars 2010 ordonnant la capture de blaireaux à des fins de dépistage de la tuberculose bovine sur l’ensemble du département et ordonnant la régulation des populations de blaireaux dans certaines zones du département. De fait, vous autorisez et encouragez les chasseurs, piégeurs, déterreurs et lieutenants de louveterie à détruire massivement les blaireaux, par piégeage, déterrage, tirs de jour et de nuit (avec éblouissement au phare), du 4 mars 2010 à la prochaine ouverture générale de la chasse en septembre. A ce jour, plus de 2050 blaireaux auraient ainsi été exterminés.

En cette année 2010, déclarée « année internationale de la biodiversité », nous tenons à vous faire savoir combien nous sommes consternés et choqués par une telle initiative.

Certes, le problème de la tuberculose bovine doit être résolu. Cependant, en France, cette maladie n’est qu’anecdotique chez le blaireau. La revue « Nature » a publié une très importante étude (1) qui démontre que non seulement la destruction de blaireaux n’enraye en rien l’épizootie, mais qu’au contraire, elle augmenterait l’incidence de la tuberculose bovine sur le cheptel bovin ! Le Conseil de l’Europe, pour sa part (2), a indiqué qu’« On peut douter que l’élimination des blaireaux ait une utilité, et l’on ne devrait certainement pas y recourir » et qu’ « On ne doit jamais procéder à l’élimination générale des blaireaux. ». C’est pourtant ce qui se passe dans votre département suite à vos deux arrêtés.

De plus, cette destruction massive de blaireaux aura de graves conséquences pour l’avenir de cette espèce dans votre département. Cette espèce a une dynamique de population faible. Et effet, et sous réserve qu’il n’y ait pas de mortalité due à la chasse ou au trafic routier, le blaireau ne peut voir sa population croître que de seulement 10 % en dix ans (3). Suite aux très nombreuses destructions, et au zèle des chasseurs et des piégeurs, la Côte d’Or va avoir une densité de blaireaux particulièrement faible et il sera extrêmement difficile de rétablir une densité de population normale et viable de cette espèce. Si on considère que la majeure partie de la destruction des blaireaux s’est déroulée au printemps, soit lors de la période de reproduction, ce sont probablement des centaines de blaireautins qui sont également morts de faim au terrier.

Précisons aussi que le blaireau, inscrit à l'annexe III de la Convention de Berne, est une espèce protégée dans la plupart des autres pays d’Europe. Au lieu de confier cette mission aux services vétérinaires en lien avec les scientifiques et les associations de protection de la nature dans le but de lutter pacifiquement et efficacement contre la tuberculose bovine, ce sont les chasseurs (dont les motivations sont certainement toutes autres…) qui se voient autoriser à tuer, sans limite, les blaireaux !

D’après nos renseignements, si des mesures qui semblent disproportionnées ont été prises à l’encontre du blaireau, il n’en est pas de même vis-à-vis d’autres usages qui pourtant sont de très forts vecteurs de la tuberculose bovine :
- Dans votre département, la chasse du chevreuil à l’approche a débuté dès le 1er juin. Comme chaque année, et comme partout en France, des animaux abattus sont dépecés sur place par les chasseurs, et les entrailles laissées dans la nature. Vous n’êtes pas sans savoir que ces animaux peuvent également être porteurs de la bactérie et que les entrailles sont des foyers importants d’infestation.
- Certains de nos adhérents ont noté que des vaches ou taureaux « vagabondent » assez régulièrement de troupeaux en troupeaux, et que les bovins sont très rarement rentrés à l’étable pour la nuit. Toutes mesures qui, pourtant, seraient un minimum pour lutter contre une épizootie.

Aussi, nos 70 associations vous demandent instamment, Monsieur le Préfet, de bien vouloir mettre fin à la plus grande destruction de blaireaux qui ait été entreprise en France. La lutte contre la tuberculose bovine n’en sera pas affectée si les vraies mesures prophylactiques sont réellement mises en place. Vous aurez, alors, notre soutien le plus total.

Dans cette attente, nous vous prions d'agréer, Monsieur le Préfet, l'expression de notre considération distinguée.

LES 70 ASSOCIATIONS COSIGNATAIRES :
A Pas de Loup, Adeo Animalis, APIE, ASPAS, Association I.D.A.E., Association MELES, Association SEVE,Association Végétarienne de France, Autun Morvan Ecologie, AVES France, Borta, CHENE, CLAM, Code Animal,Combactive, Comité Ecologique Ariégeois, Connaissance & Protection de la Nature du Brabant, Convention Vie et Nature, CORA Faune Sauvage, CORA-Rhône, CPEPESC, Dignité Animale, Doubs Nature Environnement, Droits Des Animaux, FERUS, Fondation 30 Millions d’Amis, Fondation Assistance aux Animaux, Fondation LFDA, Fourrure Torture, France Nature Environnement Hautes-Pyrénées, Franche-Comté Nature Environnement, Franche-Comté Nature Environnement, Groupe Mammalogique Normand, JardinRefuge, Jura Nature Environnement, L214, LausAnimaliste, Le Pic Vert, L'empreinte, Les Naturalistes Rhodaniens, Loiret Nature Environnement, LPO Drôme, Maison de l'Espoir, Mayenne Nature Environnement, Mille-Traces, Natagora, Naturalistes Chapellois, Nature et Humanisme, Notre Dame de Toute Pitié, Oiseaux-Nature, One Voice, OUSIA, Perche Nature, Philippe Hervieu au nom du groupe Europe écologie au conseil régional de Bourgogne, Rassemblement Anti Chasse, Refuge de l'Arche de Noé, Respect et Défense des Animaux, Sauvegarde de la Faune Sauvage, SECAS, Secourisme Animalier, Serre Vivante, SFEPM, SHNPM, SNDA, Société Nationale de Protection de la Nature, SOS Rivières Et Environnement, SPA Marseille Provence, Territoire de Belfort Nature Environnement, Ultimathera 21, VegAsso.

lundi 5 juillet 2010

Noisette et Nhèu, une simple vie d'oursons.


Au cours de la dernière semaine de mai et la première quinzaine de juin, l’association espagnole DEPANA a pu observer et filmer 2 ours en Val d’Aran. Ces 2 ours sont des subadultes, l’un au pelage blond, l’autre brun-gris, au sexe encore indéterminé. Il s’agit probablement de Nhèu (« neige » en aranais) et Noisette, les 2 derniers oursons de l’ourse Hvala.
Ils sont nés dans les montagnes de Bossost (Aran) en janvier 2009 et, conformément à la biologie de l’espèce, ils se sont émancipés ce printemps, une fois leur mère entrée en chaleur.
Leur identité sera confirmée avec les résultats d’analyse ADN recueilli par des gardes du Conselh Generau Aran avec qui l’association DEPANA collabore pour le suivi des ours.
Les photographies et vidéos ont été réalisées près d’un passage très touristique et n’ont été rendues publiques qu’une fois les ours ayant quitté la zone afin d’éviter tout dérangement pendant cette période sensible de leur vie.
La suite de l'article sur le site de FERUS : http://www.ferus.org/

5mn 30 de pur bonheur, des images extraordinaires... http://vimeo.com/12246815

vendredi 2 juillet 2010

Dragées au miel pour la famille ours !

Flash Info, 30 juin, Equipe Technique Ours / Réseau Ours Brun de l’ONCFS

Une femelle et 2 oursons de l’année ont été observés sur la commune de Couflens (Ariège) le dimanche 20 juin 2010 par plusieurs personnes pendant environ 10 minutes.


Bien que les observations visuelles soient souvent difficiles à valider avec certitude, une piste de femelle adulte accompagnée d’au moins un ourson de l’année a été relevée le 29 juin 2010 sur la même commune. Toutes ces informations sont donc validées.
La commune de Couflens est située dans le noyau central de la population d’ours brun et classée en zone de présence régulière. 2 femelles adultes ont été génotypées sur ce secteur en 2009 : Caramelles (née en 1997) et sa fille (probablement née en 2002). Aucun élément ne permet de connaître l’identité de la femelle concernée pour l’instant.

Pestoune des Pyrénées (éditions école des loisirs)

Seule la récolte de matériel génétique (poils, crottes) permettra de déterminer le sexe des oursons de cette nouvelle portée et l’identité de la mère.

Toutes les informations sur le site de l’état consacré à l’ours brun : http://www.ours.ecologie.gouv.fr/web/163-l-equipe-technique-ours.php

jeudi 1 juillet 2010

Contributions...6

Des cadeaux et de jolies photos pour enrichir mon inventaire. Je vais devoir, pour mon plus grand plaisir, investir dans de nouveaux classeurs...
Merci à ...

... Florence, qui s’apprête à venir en vacances dans le Jura, et je ne serai même pas là pour l’accueillir...





...  Sylvie  pour cette photo d'une oeuvre de l'artiste Guido Vedovato, prise à mon intention à l'exposition des Naïfs à Verneuil sur Avre en Normandie...
  
 

... mon frère Dominique, pour cette jolie affiche qui me rappelle d'anciens souvenirs de travail :


Et, enfin, offert par mes amies et ex-collègues, un puzzle qui fait le bonheur de ma petite-fille :



Attention, à être si gâtée, je risque d'y prendre goût...