Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

samedi 28 décembre 2013

Inventaire "ours" : Paris et Alsace, décembre 2013.

Des ours, j'en rencontre partout... Voici les derniers arrivés dans la Caborne :

Début décembre à Paris, en week-end avec ma fille :
Au Jardin des Plantes, une statue de 1887 : "Le dénicheur d'oursons" d’Emmanuel Frémiet. En cherchant à en savoir un peu plus sur ce sculpteur, j’ai découvert qu’il existe au jardin des Plantes, à trouver à un prochain passage, la statue du sculpteur – en train de la sculpter ! Suis-je claire ???

 


Au musée du Quai Branly, des sculptures des civilisations inuits ( support de harpon en ivoire, et mât héraldique, dit "mât de l'Ours": 



Au musée du Moyen-âge, un combat d'ours représenté sur un ivoire byzantin (hauteur totale 30 cm):


Mais décembre, c'est le moment des marchés de Noël, et l'occasion d'une visite à ma sœur Denise en Alsace.
Commençons par le marché de Freibourg-en-Brisgau, il est assez décevant mais la ville est belle. 

L'enseigne de l'hôtel "Zum Roten Bären" est entourée de décorations de Noël :


La porte de l'hôtel : à noter la date 1120 !



Dans une librairie de la ville :

 

Un stand du marché de Noël : lequel choisir ???



Ce sera celui-là, petit mais précieux. Merci Denise !



 A Freibourg, balade dans la ville à la découverte des vitrines :





Sur la route du marché de Noël de Colmar, arrêts à Mulhouse pour cette enseigne, rue du Sauvage, que je visite à chaque passage :


Et à la sortie de la ville pour le panneau d'information du zoo :

 Passage incontournable à Ammerschwir pour trouver la rue de l'ours :


 Et à Kientzheim, commune qui a un ours dans son blason :



Après échange avec la secrétaire de mairie, elle m'offre une enveloppe à en-tête de la ville.




La commune de Windensolen a elle aussi un ours dans son blason, et c'est avec le sourire que les employés municipaux posent pour la photo :



Avant d'aller au marché de Noël de Strasbourg, un détour s'impose par Bischeim, à l'Auberge de l'Ours Blanc, mais ni enseigne, ni affiche, dommage !


 Sur le mur d'un bar, 5 rue Lanterne à Strasbourg :


Cette année, l'invité d'honneur est la Croatie :



Cet ourson en céramique sera le souvenir de ce beau séjour et de toutes mes découvertes.


Un remerciement spécial à Denise, mon chauffeur, toujours disponible, patiente et qui se prête de bon gré à ma quête de l'Ours...




dimanche 22 décembre 2013

Ours : vos contributions photos... De juin à août 2013.

Au risque de me répéter, un grand merci à toutes et tous, pour vos photos, d'ici et d'ailleurs, qui sont fort appréciées.
N'hésitez pas à continuer en 2014 ...

En juin, c'est Mimi qui ouvre le bal avec ces photos prises le long du Danube (la veinarde...), en particulier ce magnifique ours au violon de la cathédrale Saint-Martin à Bratislava, que je rêve de voir :


Voici un montage des photos reçus en juillet. De gauche à droite : une affiche originale de Sylvie en balade à Lyon,  de Stéphane : le toit du palais Dobrée à Nantes, et de Monique : un bel album que je ne connaissais pas.



Alex roule le long de "La Loire à Vélo" et fait une belle découverte à Candes-Saint-Martin (Indre-et-Loire) :


Dans les Cévennes , une sculpture d'animal pas très local, repérée par Patrick :


C'est dans le Haut-Doubs, aux Fins, que Sylvie a remarqué le grill-restaurant "La Patte d'Ours", il faudra aller tester les menus.


En août, Patricia passe quelques jours à Paris, et prend le métro qui propose une campagne sur la civilité :


Et Alex poursuit ses vacances en Allemagne :



Encore des voyages...Francine visite Auvers-sur-Oise, patrie de son cher Vincent et trouve un mur peint, Dom en Grèce repère le long de l'autoroute un panneau "Attention aux Ours", et Denise à Augst, en Suisse a remarqué cette belle enseigne: 


A bientôt pour les photos reçus en fin d'année 2013.

jeudi 5 décembre 2013

La confiture de citre...

A notre passage chez des amis de Nîmes, nous avons découvert un fruit qui nous était jusque là inconnu : le citre. 
Nous en avons rapporté un gentiment offert, ainsi que la recette de confiture : le (la ?) citre n'étant comestible qu'en confiture.


Appelé aussi gigerine, barbarine, méréville  : http://fr.wikipedia.org/wiki/Gig%C3%A9rine, 
cette variété de pastèque (citrullus lanatus) est un fruit typique de Provence.
En voici la recette :


Ouvrir le fruit, enlever les graines, les filaments et l'écorce - très dure.


Couper en petits dés, peser la chair et ajouter le sucre : 750g pour 1kg de fruits.
Laisser macérer une nuit couvert avec un torchon.



Le lendemain, verser dans la bassine à confiture avec vanille et un demi-verre de jus de citron.
Faire cuire à gros bouillon 15 à 20 mn, puis ralentir et faire cuire 1 heure.



Quelques pots d'une jolie couleur dorée qui viennent enrichir les provisions de confiture pour l'hiver.

Merci amis nîmois.


vendredi 22 novembre 2013

Au bord du canal du Midi.




Pour essayer notre nouveau fourgon aménagé, et faire quelques jours de VTT avant de ranger les vélos pour l’hiver, nous sommes partis le long du canal du Midi. 



Les chemins de halage sont à suivre en VTT, car ils sont étroits et parsemés de racines.

La plus grande vigilance s’impose, mais le paysage en vaut la peine, surtout dans les couleurs de cette fin d’automne.



Le canal du Midi relie Toulouse à la Méditerranée. Il a été considéré par ses contemporains comme le plus grand chantier du XVII ème siècle. 
Très fréquenté l'été par la navigation de plaisance, en ce mois de novembre nous étions pratiquement seuls sur le chemin de halage.




Tout au long du parcours, Pierre-Paul Riquet le concepteur du canal du Midi, nous tient compagnie. Après de nombreuses explorations, il propose en 1662 son projet à Colbert, qui mettra 4 ans à lui accorder l'autorisation de commencer les travaux, et...de les financer sur ses fonds personnels.
Il obtient du roi la propriété et l'exploitation du canal du Midi à vie pour lui et ses descendants. Il meurt en octobre 1680 juste avant l’inauguration du canal par Louis XIV.


Aucun risque de monotonie: le canal est ponctué d’ouvrages divers (ponts, tunnel de Malpas, échelle d’écluses de Fonsérannes à l’entrée de Béziers, villes et villages) qui procurent de belles découvertes…


Les 64 écluses du canal sont originales, elles ont un bassin ovale pour lutter contre la poussée latérale de la terre.
 


Un arrêt s'impose à Capestang pour la visite de la collégiale, et du château des évêques de Narbonne. Son plafond peint au XVème siècle (scènes de la vie quotidienne ) est splendide.


Depuis 1996, le canal du Midi inscrit sur la liste du patrimoine de l'humanité de l'UNESCO.



Le canal du Midi est associé à l'image des platanes de ses berges.


Les berges du canal sont plantées d’arbres pour stabiliser les bords, et apporter de l'ombre qui atténue l'évaporation : nombreux platanes, quelques cyprès et des pins parasols le long du canal de la Robine.


Les platanes du canal sont en train de mourir à cause d’un champignon, le chancre coloré. Par endroits, les vélos sont déviés : un immense chantier est mis en place pour, en 20 ans, les abattre et les remplacer par une variété plus résistante.
 

Chacun peut participer à l'effort financier important : Voies Navigables de France (VNF), gestionnaire du canal, lance un appel aux dons auprès des collectivités locales, des entreprises mais aussi du grand public pour sauver les platanes qui bordent l'ouvrage de Riquet.