Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2017 : http://artpostalenvois.blogspot.com/


mardi 22 avril 2014

La Véloroute du Lot.



Depuis longtemps, rouler sur la Véloroute du Lot était un de nos projets. Le voilà en partie réalisé.



Tracée et balisée sur des petites routes agréables et peu fréquentées par les voitures, la Véloroute suit de plus ou moins près le Lot, et ses multiples méandres, de village en village à travers les vergers, les cultures maraîchères et céréalières et le vignoble de Cahors. 
   
 Luzech : donjon du château de l'Impernal

Des fascicules édités par les O. T. donnent toutes les informations nécessaires sur le parcours, les sites à visiter, le hébergements, et complètent les panneaux du balisage .





Les paysages sont très variés, de bastides en villages médiévaux, de plantations de noyers au vignoble de Cahors, de petites routes au chemin de halage. Nous ferons des rencontres bien conviviales avec des cyclistes ou des habitants de la région, l'occasion d'échanges toujours enrichissants.


Plantations de noyers


L'aspect culturel et gastronomique n'est pas oublié, un arrêt s'impose à l'église romane de  Pescadoires, et ses jolis modillons. 
Le vin de Cahors attendra l'étape du soir pour être dégusté.




De l’Aiguillon/Lot-et-Garonne – confluent du Lot avec la Garonne -  à Saint-Cirq/Lot, en passant par Cahors, nous en suivrons 4 tronçons d’environ 65 kms.



Cahors et le pont Valentré
 
Malgré un temps frais et très venté, nous nous régalons.
La véloroute ne présente pas de dénivelé important, mais nous grimpons sur toutes les bosses des alentours pour admirer les panoramas ou récupérer les tampons BPF :




                                    En montant à Saint-Cirq-la-Popie, vue sur le village, et le Lot.


La belle surprise de la balade, c’est le chemin de halage, taillé dans la roche entre Saint-Cirq Lapopie et Bouziès.

La falaise tombant à pic au niveau de l'eau, en 1845 les hommes ont entaillé la roche pour permettre le passage des chevaux qui tiraient les gabarres chargées de marchandises locales en direction de Bordeaux : vin de Cahors, prunes séchées mais aussi robinets de tonneaux à vin, spécialité fabriquée à Saint-Cirq.

Un artiste toulousain, Daniel Monnier a sculpté un bas-relief dans le flanc du chemin sur le thème de la faune, de la flore et des fossiles des bords de la rivière.






Un parcours très agréable et une bien originale manière de découvrir cette région à une période de l'année préservée !

lundi 21 avril 2014

Inventaire "ours" : mars-avril 2014.

Au fil de mes périples, la quête de l'ours se poursuit. Elle nous fait sortir des sentiers battus et provoque quelques belles découvertes.
Voici les plantigrades capturés en mars-avril 2014...

A Dijon, au centre commercial Toison d'Or, dans la boutique boutique Catimini, un ours bien coquet :
 

Au café Colombus? Dommage, ce n'est pas encore l'heure du café :

Toujours à Dijon, un ours Ikéa qui attend les jeunes artistes :


En faisant le plein à Carrefour, en pensant au beau livre que je viens de recevoir :



A Toulouse, un des trois hôtels qui portent le même nom :


 Sur un bus à Toulouse :


Au musée des Augustins, à Toulouse, la chasse à l'ours au lac d'Oo, tableau de Louis François Lejeune, peint en 1834 :


Dans un village près de Cahors, ces deux panneaux publicitaires pour l'Ours Bleu Butagaz :



En Dordogne, à Urval, le blason de la commune sur un mur de l'église : d'azur à l’ours d’or passant sur une terrasse isolée et appointée de gueules, surmonté d’un croissant d’argent. Dégradé, mais bien visible :


A Gouzon, dans la Creuse, on fabrique de chemises haut-de-gamme, et du miel : 



Près de Montluçon, dans l'Allier, le château de l'Ours, sur la commune de Sainte-Thérence. La forteresse de Guy de Dompierre fut édifiée en 1210 





Saint-Urcisse est une petite commune du Lot-et-Garonne. En latin, ours se disait ursus. La même racine a donné Sainte-Ursule, Saint-Urcize dans le Cantal, Saint-Ursin dans la Manche, La Chapelle-Saint-Ursin dans le Cher, Sainte-Ursanne en Suisse, et d’autre toponymes comme Vallorcine – la vallée des ours- en Haute-Savoie.

 


Inventaire à compléter, si vous découvrez de nouveaux ours, prévenez-moi..

En visite à Toulouse.



Une journée de visite à Toulouse, c’est peu, mais ce tour rapide nous a permis de découvrir les principaux monuments, nous repérer dans la ville, et nous donner l’envie de revenir plus longuement.



Après un passage à l’office du tourisme pour récupérer un plan, nous  voilà place du Capitole, centre historique de la cité, qui n’a pas volé son nom de "ville Rose ».



Par les petites rues du vieux Toulouse, tout construit de briques, nous arrivons à l’église de la Daurade, et les quais de la Garonne, qui surplombent l’ancien port. 


  Église de la Daurade : vierge noire.

 Le Pont Neuf.


Après les photos du Pont Neuf – en réalité un des vieux ponts – nous remontons au couvent des Jacobins, à la magnifique voûte en nervures. Beau cloître gothique, mais en travaux. Dommage. 

 Église des Jacobins : le palmier.

 


  Église des Jacobins : le cloitre, et détail d'un chapiteau.


A l’heure du repas, c’est vers le restaurant "Mamie et les Ours" que nous nous dirigeons. Repéré par Yvan, c’est un bon choix pour la pause de midi.

 


L’après-midi sera consacré à la découverte de Saint Sernin, où nous étions passés très rapidement il y a 2 ans : 

 

Notre principal objectif est le couvent des Augustins et sa section romane aux rares chapiteaux sculptés, à ne manque sous aucun prétexte, d'après le Guide Vert. 
Énorme déception, cette partie est fermée pour travaux, décidément, nous n'avons pas de chance...
 Musée des Augustins : le jardin.

  Musée des Augustins : Notre Dame de Grasse ( 1450).


Un musée très intéressant, où nous visiterons les salles de sculptures et de peintures, le cloître occupé par un jardin médiéval. Nous y seront surveillés par une série de gargouilles bien discrètes, et accompagnés par de nombreux groupes d’écoliers nettement moins silencieux…

 Musée des Augustins : La Chase à l'ours au lac d'Oo.L. F. Lejeune, (1834).


Il nous restera de nombreux trésors à découvrir à un prochain passage…