Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

lundi 27 août 2012

Mon album photo : les ours de l'été 2012...

De ci- delà, les renseignements arrivent : j’ai vu ici, ou là, une enseigne, une sculpture, un lieu avec un ours.

Je compile toutes ces informations envoyées par famille et amis, je les ajoute à mon inventaire, et dès que j’en ai l’occasion, je vais voir sur le terrain.

Et c’est une belle moisson d’ours que j’ai récoltée en Alsace et en Allemagne, en cet été 2012.
De belles enseignes repérées par ma sœur Denise, à Mulhouse, rue du Sauvage :



 

Et à Thann, à la ludothèque :



 

Une recherche systématique des blasons a permis de trouver celui d’Obersaasheim :


Et celui de Wittersdorf, accompagné d’une belle sculpture :



Beaucoup de rues de l’ours dans ces villages, mais pourquoi donc ?
A Burnaupt-le-Haut :

A Bourbach-le-Bas :


A Wissembourg :



A Mulhouse, une rue où se trouve aussi la librairie de l’Ours :




Restons à Mulhouse, ville où le plantigrade est bien présent .
Cette oeuvre "La Grande Ourse" – une bête de 700 Kilos - imaginée et réalisée par des élèves des lycées Lambert et Stoessel sur le thème "La planète se réchauffe, n’ayons pas froid aux yeux" et installée au Nouveau Bassin :


 

Avant de quitter Mulhouse, nous admirons les superbes représentations de la façade de l’hôtel de ville :


Plusieurs hôtels, restaurants ou gites, pour compléter ceux découverts à notre dernier séjour :
A  Hatten :


A Freiburg-en- Brisgau :



A Brumath :

A Bourbach le Haut :
Pas vraiment alsacien, mais si proche, l’ours de la cour de l’ours du château des Ducs de Wurtemberg.
On raconte que Louis-Frédéric, en 1622, abattit de sa main un ours, et prit un ourson vivant, qu'il fit déposer dans un des fonds de fosse du château de Montbéliard, appelé dès lors "Berloch", mot allemand signifiant trou de l'ours.

On raconte aussi que Frédéric 1er de Wurtemberg, ayant rencontré une oursonne et son petit, raconta sa mésaventure, et l'ourson fut immortalisé dans la pierre de son château.

A vous de choisir la version que vous préférez...

mercredi 22 août 2012

Fahrrad in Deutschland : à vélo en Allemagne…

De Selz à Kehl - 70 kms.
Ce vendredi 20 juillet sera notre 9ème étape et la première en Allemagne, aux couleurs du rouge de la veste imperméable et du jaune de la protection des sacoches.



Temps gris, humide, pluie fine toute la journée, qui débute au moment où nous prenons le bac pour traverser le Rhin.



Cap plein sud le long du fleuve, sur la digue gravillonnée, donc peu roulante. Nous observons les bacs et les péniches, les cygnes très nombreux sur les deux rives, beaucoup d'autres oiseaux...
En face, nous repérons les carrières, les villages et nos haltes de l'aller.
  

Après une bière en terrasse (abritée...) sur la Markt Platz de Kehl, nous allons découvrir la Passerelle des 2 Rives, qui permet aux piétons et aux cyclistes de traverser le Rhin entre Strasbourg et Kehl.
Bel ouvrage moderne, plus loin, nous apercevons le Pont de l'Europe, engorgé, saturé.


L'étape du soir se fera à l'auberge du Cygne, décidément l'animal du jour...


De Kehl à Meissenheim - 45 kms.
Courte étape ce jour, car est au programme la visite d'Offenbourg, ville jumelée à Lons-le-Saunier (Jura).


Après une matinée encore fort humide, à pédaler entre champs de maïs et champs de blés, où picorent quelques cigognes, nous pénétrons dans la ville le long du canal de la Kinzig...
Ce pays est un plaisir pour le vélo : pistes cyclables partout, signalétique claire et efficace - on se sent respectés par les automobilistes, comme on rêverait de l'être en France !



Est-ce grâce à la superbe enseigne de l'hôtel " Die Sonne" - déjà mentionné en 1350 ? une éclaircie arrive pendant notre déambulation dans la zone piétonne : visite du centre ancien, courses au marché du samedi encombré et animé, maisons baroques pittoresques...


La piste cyclable nous conduit, par des villages typiques  : Schutterwald, Dundenheim, Schenheim, jusqu'à Meissenheim.


Dans ce gros bourg aux belles maisons à colombages, nous faisons étape à l'hôtel Riedhof : chambres confortables et menu copieux et recherché, dont la spécialité locale : les Pfifferlinge (chanterelles).



De Meissenheim à Opfingen - 80 kms.
Le brouillard du matin sur le Rhin ne durera pas.
C'est avec un beau soleil que nous traversons une réserve naturelle : dans ce marais protégé, le site est superbe mais les conditions assez délicates pour rouler.



La piste est jalonnée par d'anciennes bornes dont les inscriptions laissent rêveur : Bâle - 90000 m, Rotterdam - 734450 m !



L'originalité du jour sera le pique-nique préparé par ma soeur Denise qui nous rejoint à Sasbach, au bord du Rhin.
Habituellement, la pause casse-croûte du midi est frugale : tomate, pain avec jambon ou rillettes de poisson, fruits et chocolat...
Ce dimanche sera jour de fête avec un menu soigné : large choix de mets, tarte tatin et café !!! Merci encore...



Il faut tout de même repartir, il reste du chemin à parcourir jusqu'à la Gasthaus "Zum Löwen" à Opfingen, village proche de Freibourg, et son confortable couchage !

 

 
De Opfingen à Opfingen - 26 kms.
Une courte étape pour nous rendre à Fribourg en Brisgau, où nous passons la journée.
Le centre ville ancien, aux nombreux bâtiments baroques bien rénovés est très animé. Interdit aux automobiles, les gens se déplacent en tram ou à vélo.




La cathédrale a été construite entre le XIIe et 1513. A l’origine de style roman primitif, le style gothique domine, qui n'est pas mon préféré.  

 

En revanche les vitraux sont extraordinaires et portent l'attribut de la corporation qui les a offerts.


La maison des Marchands,  repérable par sa couleur rouge brique. était le centre de la vie commerciale au moyen-âge.


Des canaux à ciel ouvert, les "Bächle", bordent les rues de la vieille ville. Ils apportent de la fraicheur, tout comme la verdure présente dans les petites rues.

En début d'après-midi, nous montons au Schlossberg, au sommet duquel nous avons une vue splendide sur la ville et les contreforts de la Forêt Noire, et passons saluer l'ours doré de l'hôtel Bären. Cherchez bien...


Il est temps de récupérer nos vélos, au milieu de tant d'autres, la ville de Freibourg est une ville "verte" incitant aux déplacements doux, et de regagner Opfingen.




De Opfingen à Mulhouse - 60 kms.
Nous quittons Opfingen, sa jolie mairie, ses enseignes, observés par de jeunes cicognes.




Cette courte et dernière étape en Allemagne sera un peu décevante...
Si, pour retrouver le Rhin, nous traversons de beaux villages grâce à des pistes cyclables bien sécurisées, tout change quand nous retrouvons le fleuve.


Le chemin est dur, très boueux par endroits, avec de nombreuses ornières.
Pas de vue sur le Rhin, le cours d'eau est dissimulé par des arbres, nous prenons donc une piste longeant la route pour arriver à Neubourg.


A midi, le pique-nique non loin de la pancarte "Haut-Rhin" est symbolique, l'escapade allemande est terminée.
Nous pouvons ranger le topo-guide le la véloroute du Rhion, que nous utilisons depuis quelques jours, indispensable.



Et c'est par la forêt de la Hardt que nous regagnons tranquillement Mulhouse, et l'accueil sympathique de ma soeur.


Le mot de la fin sera pour Calie, 7 ans, à qui nous racontons notre périple  : " Alors, Jean-François, il pédale devant, et tata Françoise, elle traîne derrière..."
Je ne commenterai pas !