Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

mardi 31 mai 2011

Le temps des cerises...

Le climat de notre jardin jurassien est bien trop rigoureux pour les cerisiers.

Heureusement les vergers de la région du Revermont bénéficient de températures plus clémentes et le amis qui y vivent nous font profiter des abondantes récoltes de ce printemps.
Un grand merci à eux.


Après nous être régalés de fruits frais, le reste a permis des confitures sucrées qui feront cet hiver notre bonheur et celui des amis de passage.
Quand aux étiquettes, trouvées sur internet, elles sont assoties au décor de la cuisine !


« Le temps des cerises… » Comment ne pas évoquer la chanson de Jean-Baptiste Clément, qui est si fortement associée, comme son auteur à la Commune de Paris 1871.

     Quand nous chanterons le temps des cerises
     Et gai rossignol et merle moqueur
    Seront tous en fête
    Les belles auront la folie en tête
    Et les amoureux du soleil au cœur...

 

Cette année, le 140ème anniversaire de la Commune de Paris, a été fêté très discrètement le 18 mars 2011 sur le parvis de l’Hôtel de Ville de Paris.


Affiche : Ernest PIGNON

Quand à l’expression « Le temps des Cerises », c’est aussi devenu une marque de vêtements… Les temps changent...

mardi 17 mai 2011

Je reviens de Montréal…

C’est en 2002 je crois, que Robert Charlebois chantait « Je reviendrai à Montréal »…
Nous rentrons nous aussi de Montréal, pas au Québec mais plus modestement en Bourgogne.
Montréal – stalle : Les Rois Mages

Montréal – stalle : Les sculpteurs des stalles ?


Montréal, dans le département de l’Yonne, est un joli bourg médiéval. Après une balade dans le village, c’est surtout la collégiale Notre-Dame du 12ème siècle que je voulais découvrir, bel exemple d’art roman bourguignon.

Montréal – stalle : Joseph dans son atelier.

C'est notre ami Michel Ch. qui m'avait parlé de l'église, connue pour ses magnifiques stalles sculptées en 1520 : les panneaux représentent des scènes bibliques, les miséricordes montrent plutôt des scènes de la vie quotidienne :

Montréal – miséricorde : jeune garçon cueillant des fruits


Montréal – miséricorde : le château

Montréal – miséricorde : vieil homme cueillant des fruits


Hélas, pas d'ours, comme ce beau spécimen que nous avions admiré dans l'église de Saint Paul de Léon (Côte du nord).



D’autres miséricordes ici :


Et tant d’autres encore à découvrir…

Bibliographie : le monde caché des miséricordes - D. et H. Kraus. Editions de l'amateur.

mercredi 4 mai 2011

L'ours que personne n'écoutait.


C’est ce marque-page, reçu d'une amie collectionneuse, qui est à l’origine de l’arrivée de ce nouvel album dans la Caborne.
Un livre , paru aux éditions Nord-Sud, sur le thème de la surconsommation comme mode de vie.

L'ours a un petit problème. Il essaie d’en parler, mais personne ne l'écoute.
"Ne me dis rien ! Je sais exactement ce dont tu as besoin", le coupe-t-on chaque fois.


Voilà comment l'ours se retrouve avec des ailes, une écharpe, des lunettes, un pot de miel... et toujours son petit problème !
Pourtant il aimerait juste trouver quelqu'un pour partager sa solitude car... cet ours a peur du noir, tout seul dans sa tanière

Une histoire sur la confiance, l'écoute et l'amitié et sur ce reflexe bien contemporain de chercher à résoudre tous les problèmes par des achats, quelquefois inutiles.
Beaucoup d’humour dans cet album qui pourrait aussi être une nouvelle illustration du proverbe : " on a toujours besoin d’un plus petit que soi ".


Parmi les dernières acquisitions, "L'ours qui avait une épée", un bel album sur le thème de l'environnement et de la déforestation, celui-ci aux éditions Rue du Monde :

Cet ours est un guerrier. Avec son épée, il coupe tout ce qu'il trouve.
Même la forêt ! Mais, un jour, le fort où il habite est emporté par les eaux du barrage.

La faute à qui ? Au sanglier ? Au renard ? Aux oiseaux ?
A moins que les tours que nous jouons à la nature nous retombent parfois sur la truffe ?
 
A méditer...