Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

samedi 20 février 2010

Un hérisson en hiver.

En été, les cascades du Hérisson sont un but de balade incontournable pour tous ceux qui passent leurs vacances dans le Jura.
En hiver, elles sont souvent gelées car les tempérartures du premier plateau jurassien sont rudes : jusqu'à -18° en janvier. Le spectacle est alors splendide et déroutant. Prévoir de bonnes chaussures et des vêtements  bien douillets.
Si vous ne pouvez venir en hiver, venez très tôt en été, car en juillet-août, elles sont TRES fréquentées.
Toutes les photos sont de Jean-François CHAMBIER.

La présentation de cette région figure en bonne place dans tous les guides de voyages actuels.
Je ne peux résister au plaisir de recopier les commentaires du guide "La Route du Jura" de Claude des Perrières, publié à Besançon "pendant la guerre 1914-1915" (sic) :

"D'où l'on domine les lacs du val et de Chambly, dans la vallée grandiose du Hérisson.
On y découvre sur la droite les deux plus belles des trente et une cascades formées par le Hérisson, ce très curieux affluent de l'Ain, le Grand Saut ou Niagara jurassien, 55 mètres de hauteur de chute, et la cascade en éventail, 70 mètres.
Il faut séjourner une journée entière dans cette admirable région pour effectuer complètement la tournée des cinq lacs et des trente et une cascades dont l'itinéraire est recommandé par le Club Alpin Français"


Et ceux du guide "Le Jura" édité par "Tourisme et Vacances pour Tous" en 1938 :
" Un sentier conduit au Saut Girard, première cascade du Hérisson, tombant de 15 mètres dans un hémicycle. Suite de cascades sur 3 kilomètres. Le Hérisson descend de 400 mètres de hauteur.
Un sentier sous bois. Suivez le torrent dans cette gorge merveilleuse. Bouillonnement des eaux qui ne sont que cascades et cascatelles. Les plus célèbres: le Saut de la Montagne (haut de 60 mètres, tombant sur d'énormes blocs. La cascade en Eventail, d'une splendeur incontestée, tombe en s'étalant sur un escalier de rochers. La course du hérisson est hérissée de sauvagerie mais étincelante de pittoresque."


D'autres photos et des informations :

mercredi 17 février 2010

L'ours polaire de Vancouver.

Seigneur de l'arctique, maître du Grand Nord, géant blanc de la banquise, l'ours blanc ou ours polaire (Ursus maritimus) est le plus grand carnivore terrestre sur Terre. Pourtant, s'il s'est parfaitement adapté à son environnement, il en est aussi victime, car incapable de vivre dans d'autres conditions.

L’ours polaire est désigné au Canada comme "espèce préoccupante" en raison de sa vulnérabilité aux activités humaines et à certains phénomènes naturels. Toute modification de son écosystème représente une menace pour sa survie.

Il ne pouvait pas être absent des cérémonies d'ouvertures des jeux Olympiques de Vancouver où apparut un énorme ours blanc fait de lumières, vraiment superbe, impressionnnant comme doit l'être l'animal sauvage dans son milieu. A vérifier ?

Photos Reuters

Plus d'infos sur le site d'AVES : http://www.aves.asso.fr/ours/les_ours/especes/ourspolaire.html

jeudi 11 février 2010

Contre les montreurs d'ours.

Les fêtes médiévales se multiplient en France : décors et costumes moyenâgeux, ambiances musicales et, trop souvent montreurs d'ours.


Il n'est pas possible de cautionner ce genre de spectacle, où l'animal, présenté comme complice de l'homme, est en réalité un esclave. La soumission totale d'un ours de plusieurs centaines de kilos ne s'obtient pas par des moyens "doux". Sont couramment pratiqués : privation des repères, contrainte par la violence physique, chantage à la nourriture.
Coupé de son milieu naturel, soumis à un dresseur, contraint d’exécuter des tours stupides pour divertir, la bête sauvage devient un animal de foire.
Ce n’est pas ainsi que sera donné aux enfants, futurs citoyens, le goût d’agir pour protéger les ours, et les autres animaux sauvages et de respecter l’environnement dans lequel ils vivent.



Signez la pétition sur AVES-France Association des espèces menacées : http://www.aves.asso.fr/article1068.html



Ou : FERUS: conservation ours-loup-lynx : http://www.ferus.org/spip.php?article1861

samedi 6 février 2010

Pôle Grands Prédateurs : actualités.

Un nouvel article vient d'être publié sur le site de l'association : Pôle Grands Prédateurs :
http://www.polegrandspredateurs.org/



Le Pôle Grands Prédateurs Jura a été créé dans le but d’accompagner le retour des grands carnivores (Lynx, loup) dans le Massif jurassien.

                               Photo : Patrice RAYDELET
Face à la méconnaissance de ces espèces et aux risques potentiels qu’elles peuvent représenter pour les éleveurs jurassiens, le Pôle privilégie 3 actions prioritaires :

  • La communication
L’apport de connaissances est essentiel si l’on souhaite démythifier les grands prédateurs et transformer l’image négative qui leur colle aux pattes en une interprétation objective.

  • La protection des troupeaux
Le retour d’espèces susceptibles de créer des dommages ne doit pas se faire au détriment des éleveurs. Il existe maintenant différents moyens de préserver le bétail des attaques. La mise en place de chien de protection est sans doute la plus sécurisante. A cet effet, nous avons créé un pôle chiens de protection « made in Jura » pour que les éleveurs jurassiens bénéficient de chiens de souche jurassienne.

  • Les formations
Le protocole éducatif que l’éleveur doit assurer à un chien de protection n’est pas du tout celui qu’il peut dispenser à un chien de conduite, type border. Une formation préalable est donc indispensable. En collaboration avec le syndicat ovin franc comtois et la chambre régionale d’agriculture de Franche-Comté, le PGPJ a organisé pour la première fois dans le Massif jurassien une formation à destination des éleveurs et des partenaires (chambre régionale d’agriculture, DDAF 25 et 39, ONCFS 39, Parc naturel régional du Haut Jura).

lundi 1 février 2010

Ours et philatélie.

Si l'ours a les honneurs de la philatélie dans certains pays, on ne peut pas dire qu'en France, il soit très gâté.

En septembre 1991, dans la série : Nature de France-Espèces protégées, La Poste édite un timbre sur l'ours des Pyrénées :


En 2005, parait le timbre «Ours blanc», d´après une sculpture de François Pompon (1855-1933).


En mars 2001, c'est l'ours en peluche qui inspire deux timbres "Naissances" : C'est une fille et C'est un garçon







Le 10 décembre 2009, La Poste émet un premier timbre de service UNESCO, consacré cette année à l'ours polaire (valeur 0,70 €).
Introuvable, dans les bureaux de poste locaux, je remercie Geneviève qui l'a trouvé chez un philatéliste et me l'a envoyé :
Merci à ma sœur Denise qui m'a fait parvenir cet article du journal "Les Dernières Nouvelles d'Alsace".