Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

samedi 31 décembre 2011

samedi 24 décembre 2011

Joyeux Noël et belles fêtes de fin d’année ….
Au plaisir de vous voir passer par ici.
Françoise

mercredi 21 décembre 2011

Alsace : A... comme Andlau.

Débutons cet abécédaire de l'ours par la commune d'Andlau dans le département du Bas-Rhin.
Ici, l'ours est partout. L'abbaye d'Andlau a été fondée en 880 par l'impératrice Richarde, épouse de Charles le Gros.
Pourquoi là ? Elle aurait eu une vision dans laquelle il lui est ordonné de construire une église à l'emplacement où une ourse grattait le sol.
Les règles de l'Abbaye voulaient qu'un ours vivant soit élevé dans la cour de l'abbaye . Chaque boulanger qui venait vendre du pain sur le marché de la ville était tenu de donner, chaque semaine, un pain pour nourrir l'animal.

Commençons la visite :
Dans l'église, une statue et un immense tableau avec sainte Richarde en compagnie de son ourse.



Sous l'église, dans la crypte, se trouve la sculpture romane ( ?) d' une ourse en pierre,  pas vraiment une réussite, qui se trouvait à l'extérieur de l'église abbatiale.
En 1857 elle fut placée dans la crypte devant la cavité laissée par les griffes de l'ours. On prêta même à cette ourse des vertus de fécondité. Un rituel païen veut qu'une femme qui désire un enfant s'asseye sur l'ourse de pierre.

La statue de l'ours de Sainte Richarde aurait remplacé d'après la tradition l'ours vivant enchaîné et nourri au Moyen Âge dans la cour de l'abbaye, jusqu'à ce que l'un d'entre eux dévore un enfant. 

Passons devant la statue de l'ours qui se nourrit d'une grappe de raisin, offerte en 1998 par la confrérie des Hospitaliers...  
Oeuvre du comte Roland d'Andlau, sculpteur animalier réputé cette sculpture de bronze unit à la vigne l'ourse, dont on retrouve à nouveau la symbolique de la fécondité, associée ici aux récoltes.


 ... pour nous rendre à la pâtisserie boulangerie Rietsch.
Avec sa belle enseigne, c'était l'étape incontournable pour penser au repas de midi. leurs spécialités locales de tarte flambée et "pain de l'ours" aux fruits confits sont délicieux.


Ce double animal, qui allait devenir le symbole de la cité, serait le blason de l'abbaye. Malgré mes recherches, je n'ai pas trouvé d'autres traces de cette origine, contentons nous des infos locales.


D'autres photos de l'ours à Andlau, prise au cours d'une précédente visite :

Devant l'église.
Fontaine Sainte Richarde

Et l'ours de la frise romane.

En trouverons-nous d'autre à notre prochain passage ?

dimanche 18 décembre 2011

L'hiver est là....

Première neige sur les plateaux du Jura.
Les gros flocons très mouillés ont caché le jardin d'une couverture blanche.
Les oiseaux ne sont pas à la fête.Heureusement monsieur avait installé les mangeoires, qui, remplies de tournesol, font le bonheur des mésanges, moineaux, pinsons et autres habitants du jardin.
Profitons du spectacle, vu de la porte de la cuisine, un redoux est déjà annoncé pour le milieu de la semaine.

lundi 12 décembre 2011

L'Alsace des Ours, suite...

Comme le dit si bien Zéphyr, je furète, de ci, de là, et je ne rentre jamais bredouille !

Une bonne raison à ça, je prépare mes périples sur internet ou avec mon CD Rom de toponymie, et en principe, je sais ce que je cherche.

Je ne trouve pas toujours, car il y a ce que je pense trouver et ...ce qui existe !


Toujours dans le département du Bas-Rhin étaient au rendez-vous, à Haguenau, la brasserie  "l'Ours Blanc", le Chemin de l’Ours et l’Impasse de l’Ourson.


Le musée Alsacien est aménagé dans l'ancienne chancellerie de la ville. Parmi des costumes traditionnels, des ateliers et l'intérieur d'une maison reconstitués, on peut admirer cette belle enseigne de brasseur avec 2 ours.


Continuons notre route pour Marmoutier et sa célèbre abbaye romane.
Il nous faudra revenir avec un temps plus clément pour admirer l’extérieur, mais ce qui m’amène aujourd’hui ce sont les magnifiques stalles, et surtout les sculptures qui les surplombent, dont cet étonnant couple ours-ours.


Les relations entre l'église et l'ours sont étonnantes, en particulier les saints "à ours" dont nous reparlerons à l'occasion de la visite à Andlau.
Un rapide arrêt à Wasselonne, dans la Rue de l’Ours, et il fait presque nuit quand nous arrivons à Gertwiller.



La Maison du Pain d’épices, aux jolies façades peintes, nous permet de faire quelques achats, mais surtout de découvrir la sculpture de l’emblème des pains d'épicier.


En effet, depuis le moyen-âge, c’est un ours tenant un bretzel qui est l’emblème de la corporation des fabricants de pain d’épices.
Nous en avions déjà découvert un dans la Grande Rue à Strasbourg.
Pourquoi ? Est-ce parce qu’il aime le miel et a une réputation de gourmand ?

C’est à Nothalten que nous passerons la nuit, village qui a dans son blason, un... vous devinez, bien sûr ???

lundi 5 décembre 2011

L'Alsace des Ours...

Les ours alsaciens ont déjà été à l'honneur dans la Caborne : http://lacabornedelourse.blogspot.com/2009/09/des-ours-en-alsace_29.html

A l'occasion d'une récente visite dans la famille à Strasbourg, nous sommes partis à la recherche de nouvelles trouvailles, et la moisson fut riche.

Dans le Bas-Rhin, c'est d'abord à Saint-Jean-Saverne que nous avons fait étape, pour trouver les ours des acrotères (ornement en saillie), en particulier celui qui tient une galette ... Le brouillard était si épais que nous n'avons pas vu les 2 autres.

A Bouxwiller, nous nous sommes garés sur la place de l’Ours pour partir à la recherche de la Brasserie de l’Ours… que nous n’avons pas trouvée. Elle existe pourtant, mais rien à l'extérieur ne la désigne pas ce nom.


A Pfaffenhoffen, nous sommes passés dans la Rue de l’Ours, mais malgré les échanges avec des passants, aucune trace de l'ours qui aurait donné son nom à la rue !



A Brumath, le restaurant « A l’ours Blanc » était bien là, et la carte était alléchante. Aussi délicieux que le baeckeofe de canard que nous avons dégusté le soir ?



Le restaurant « A l’Ours » de Bischwiller, était fermé à notre passage en ce lundi matin. La maison est pimpante et la façade joliment décorée :




Beaucoup d'autres rencontres dans le département, des photos à venir. Une mention spéciale pour Andlau où l'ours est présent partout, mais cette localité mérite bien un article à elle seule !

A très bientôt.