Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

dimanche 8 avril 2012

Mon album photo : les ours de mars 2012...

Bernard, Gérard, vous me demandez si je n’ai pas rencontré d’ours sur la Voie Verte.

Mais si, et aussi au cours de la traversée de la France, du Jura au canal de Garonne.
La question m'est souvent posée : comment fais-tu pour trouver tous ces lieux ? Chaque fois que nous nous déplaçons, j'emporte l'inventaire que je me suis constitué, par de longues et patientes recherches dans des documents et sur internet, ce qui me permet une recherche méthodique, le plus souvent en dehors des sentiers battus...

Voici donc les belles rencontres que nous avons faites en ce mois de mars 2012 :



A Cellule, dans le Puy-de Dôme, le restaurant la grotte de l'Ours, fermé pour congés annuels. Nous l'avions cherché à un précédent passage, mais pas trouvé ! C'est chose faite...




A Meuzac, dans la Haute-Vienne, nous pensions visiter la médiathèque du Père Castor, et ses expositions. Hélas, ce n'est possible qu'en juillet-août ! Heureusement, le hall est décoré par un beau patchwork sur le thème de "Roule Galette" et son ours...

A Pierrefitte (Corrèze), il  existe des ours sur les chapiteaux de l'église Saint-Caprais. Bien cachés à l'intérieur, nous n'avons trouvé personne pour avoir la clé de l'église !
Le détour ne fut pas vain, puisque nous avons retrouvé, devant l'école de Ceyrat - commune d'Espartignac (Corrèze) cette superbe sculpture de Pascal Noël.


Si je dis retrouvé, c'est parce que nous l'avions découverte au cours d'un arrêt sur l'aire d'arrêt de camping-car, à Uzerche, en 2007. Intitulée "La Paix", en voici la présentation par l'auteur :

" La paix c’est lorsque des « ennemis » se réconcilient, c’est l’insouciance de la confiance que l’on accorde à l’autre pour permettre parfois des jeux inattendus. Le monde animalier est à mes yeux une source inépuisable de réflexion. M’inspirant de ces attitudes, je fige un instant précis qui me semble bien représenter l’expression et les émotions que je veux traduire. Je recherche des compositions simples car il me paraît important que mes créations soient accessibles à tous, en misant plutôt sur l’intensité des postures.
Parfois je mets en situation amusantes mes animaux comme l’ours et le mouton qui jouent, afin d’animer mes sculptures d’une attention malicieuse et ludique. "


Etape suivante : Collonges-la-Rouge, toujours en Corrèze.
Cet ours et son montreur, nous l'avons déjà vu, mais pas question de passer par là sans un arrêt pour admirer le superbe porche roman de l'église.
A l'autre bout du village, "La Peau de l'Ours" est une boutique de cadeaux-souvenirs, fermée en cette époque de l'année.





Peu d'ours pendant notre périple à vélo...
Un à  Grisolles (Tarn-et-Garonne) : nom du club local de Judo qui a choisi le plantigrade pour emblème. Impressionnant, n'est-ce pas ?


C'est à Toulouse (Haute-Garonne) que la moisson sera la meilleure. En effet, ce n'est pas un, mais trois hôtels de l'Ours Blanc que compte la ville rose.
Triple occasion d'enrichir la Caborne, d'autant que la réceptionniste m'a offert la plaquette d'information de son établissement en me voyant faire mes photos !






Sur la route du retour, petit détour par la Dordogne, d'abord à Eglise -Neuve- d'Issac pour débusquer l'ours au bas des rampants du clocher, puis dans la commune proche de Saint-Martin l'Astier, au lieu-dit "L'Ourserie"



Une image qui illustre, une fois de plus, la diversité des toponymes à base du mot "ours", et ceci dans chaque région de France.

Un périple qui nous donne un échantillon bien diversifié des traces de l'ours dans la patrimoine des régions de France...

A poursuivre au prochain voyage !

mercredi 4 avril 2012

De Bordeaux à Toulouse à vélo par les Voies Vertes….

L’idée nous trottait dans la tête depuis un moment, en même temps que mon envie de reprendre le vélo.

Le Père Noël s’étant montré généreux – vélo Lapierre – nous partons mi-mars vers Marmande à la recherche d’un peu plus d’informations et de documentation.



Premier contact avec la VV, Voie Verte (ancien chemin de halage), les platanes d’un côté et le canal de l’autre, ou l’inverse ! appelée aussi Véloroute des 2 mers,  car le cheminement peut se poursuivre après Toulouse par le canal du Midi jusqu’à Sète ! Mais ce sera pour une autre occasion….

Une météo très favorable : matin frisquet, après-midi estival.
Du vélo facile, agréable, aucune difficulté, la Voie Verte suit le canal, il suffit de pédaler... sans arrêt, car si ça ne monte quasiment jamais, ça ne descend pas non plus.
En revanche les petites routes utilisées pour les différentes visites sont, elles, bien vallonnées…



Nous avions prévu une portion du trajet, mais au fil des kilomètres, nous sommes devenus un peu plus ambitieux, et nous avons décidé de réaliser l’intégrale du parcours : 193 kms.
En cours de route, le contact avec le responsable de l’office du tourisme de Saint-Macaire nous ayant fait découvrir la Voie Verte Roger Lapébie de Bordeaux à Sauveterre-de-Guyenne,  a encore fait évoluer le projet.

Ce sont finalement 548 kms que nous aurons parcourus, chaque étape a été effectuée en aller-retour, pour regagner, le soir, le confort de notre fourgon aménagé.
Le Sud-Ouest est une  région fort accueillante pour les camping-cars : nombreuses aires d’arrêt le long du parcours, souvent remarquablement situées, comme ci-dessous à Caumont-sur-Garonne.


La crainte de la monotonie a été vite oubliée, écluses et ponts, oiseaux d’eau, paysages traversés : vergers en fleurs, vignes, prairies, et les nombreuses visites possibles à partir de la VV.


Quelques moments forts :
L’entrée dans Bordeaux à vélo et les 4 Kms de piste cyclable le long des quais du Port-à-la-Lune :

Les splendides miséricordes de l’église Saint-Seurin à Bordeaux :

Et celles très étonnantes du prieuré Saint-Sauveur à Castelsarrasin, provenant de l'abbaye de Belleperche :

Le Pont-Canal de Moissac et les bateaux qui passent au dessus de l’eau :


Les chapiteaux romans de l'abbaye de la Sauve-Majeure :


L’arrivée à Toulouse par les Ponts-Jumeaux, la visite de la ville : abbatiale  Saint-Sernin, Place du Capitole et l’hôtel de l’Ours Blanc !!!


Prêts à repartir pour un nouveau parcours, en France ou ailleurs...