Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2017 : http://artpostalenvois.blogspot.com/


lundi 26 janvier 2009

J'aime la galette...

Le premier dimanche du mois de Janvier, c'est l'Epiphanie.
La tradition veut que l'on partage une galette des rois, souvent fourrée à la frangipane. A l'intérieur, il y a une fève cachée et celui ou celle qui la trouve devient roi ou reine. On lui pose une couronne sur la tête et il ou elle peut en profiter toute la journée. Le bonheur de notre petite fille...


Notre boulanger a choisi cette année ses fèves sur le thème de la "Vache qui rit", animal célèbre dans le Jura et bien au-delà !

Est-ce le hasard ou l'ouverture prochaine, à Lons-le-Saunier, de la maison de la Vache qui rit, dans les caves même où fut ouverte la première usine en 1921 ?



Un musée qui nout promet des trésors : la plus belle collection sur le thème de la plus rigolote des vaches : boîtes, affiches, et objets divers. Ouverture prévue, 25, rue Richebourg, au printemps 2009.

Carte de voeux de ma collection, quand je travaillais à quelques rues de l'usine, reçue à l'occasion d'un projet pédagogique : "La Vache qui lit".


dimanche 18 janvier 2009

Des ours dans le Jura...

Vous ne rêvez pas, regardez bien cette photo reçue récemment : pas facile à observer, on ne voit que son ombre, en bas, à droite. Normal, avec le froid qu'il fait, on ne s'éternise pas.

Pour trouver des ours dans le Jura, il suffit de ...les chercher :

Mes préférés : les ours dans les stalles sculptées de la cathédrale de Saint-Claude. Ces remarquables stalles ont été réalisées au milieu du XIème siècle par le sculpteur genevois Jehan de Vitry. Le 26 septembre 1983, un incendie détruisit entièrement les stalles sud. Il fut alors décidé de les restituer à l'identique, restauration terminée en 1995.




Dans le village des Nans, où les habitants s'appellent "Les Ours", deux belles sculptures réalisées par une artiste locale Elyane Tissot ornent le village et l'entrée de la grotte de la Doye près de la source de l'Angillon.


L'ancienne auge-abreuvoir, maintenant bac à fleurs, a trouvé une nouvelle vie grâce à l'ourson en buis.

Route forestière sur la commune de Chatelneuf, dans la forêt des Grands Bois, près du lac du Fioget.

Une jolie boutique dans la station des Rousses, non loin du lieu-dit "La gouille de l'Ours". Une gouille est un endroit humide, boueux, marécageux.
Et sans doute quelques autres, qu'il me reste à traquer, avec mon appareil photo, bien sûr...

mardi 13 janvier 2009

CO2 mon amour,

"Un loup chassé par le froid est descendu dans une vallée des alpes. Mais rassurez vous, chers amis randonneurs, l'animal le plus dangereux n'est pas celui qu'on croit. Comme on disait déjà au temps des Romains, le loup est un loup pour l'homme" Denis Cheissoux
Et j'ose ajouter, ce n'est pas sympa pour le loup, qui ne mérite vraiment pas une telle crainte...


Magazine de nature et d'environnement, qui empêche de polluer, de réchauffer et de penser en rond, telle est la devise de l'émission de Denis Cheissoux. Tous les samedis à 14h sur France-Inter, c'est LE rendez-vous de la semaine.
A la maison, France-Inter est la radio. A la cuisine, à la salle de bain, dans la voiture, c'est la même longueur d'onde… Parmi nos émissions préférées, CO2, mon amour.

La présentation de l'émission est très claire sur les objectifs :
"Eau, alimentation, réchauffement climatique, énergie, démographie... quel climat voulons nous et dans quel monde voulons nous vivre ?
Les réponses passent par un autre regard, une consommation et un rapport différents avec la nature et notre monde aux limites établies.
Depuis 8 ans, "CO2 mon amour" tente d'accompagner ce changement par la pédagogie, l'exemplarité des actions, tout en cassant les logiques immédiates d'intérêts particuliers. L'émission interroge notre quotidien, nos achats, tout en évitant les manichéismes faciles.
Chaque semaine, entre le billet d'humeur et d'humour de Denis et l'intervention de Jean-Marie Pelt, l'actualité de l'environnement se décline autour d'un débat, d'un dossier, d'un reportage en plein air, de conseils et de chroniques.
Scientifiques, philosophes, politiques, naturalistes, créateurs et membres d'associations apportent leur contribution au débat proposé par Denis et sa bande"

La programmation musicale est souvent un véritable bonheur, et les liens de bon conseil.
Mon choix du jour : l'excellent site de l'écologie en chansons, devenu un de mes favoris, et où on peut retrouver, entres autres, les paroles de la très belle chanson d'André Cazetien, Cannelle, en hommage à la dernière ourse de souche pyrénéenne, abattue par un chasseur le 1er novembre 2004.


http://pagesperso-orange.fr/chansons.ecolo/index.htm

jeudi 8 janvier 2009

Lou Pé Descaous...


Pé Descaous signifie "va nu pieds", un des surnoms de l'ours.
Quand l'ours était encore le roi des animaux, admiré, vénéré comme un parent, il possédait un statut particulier.
L'Ours, animal mythique, situé quelque part entre l'animal et l'homme et parfois entre l'homme et les divinités. Il a toujours occupé une place très importante dans l'imaginaire des gens et dans notre culture. Les nombreuses et superbes légendes montrent combien l'Ours a toujours fasciné nos ancêtres et hanté leurs rêves.
Son nom était prononcé avec respect, et souvent on évitait de le formuler. Il était remplacé par des expressions imagées inspirées par son mode de vie ou son aspect : le Maître du miel, dans les pays slaves – le Vieux à la fourrure, chez les lapons.
Dans les Pyrénées, où les relations avec l’Homme sont ambivalentes entre respect et crainte, l’ours a souvent été appelé le Monsieur « lou moussu », le Seigneur, le type, le Va-nu-pied « lou pé descaous », Dominique, Martin, Michka (Michel en russe), Hartza .


Pé Descaous, c'est aussi un fromage : le programme Pé Descaous (le "va-nu-pieds", surnom de l'ours en béarnais) a été créé en 1994 par le fonds d’intervention éco-pastoral (FIEP) avec l’association « les bergers du Haut Béarn » et le soutien du WWF - France. L’objectif est de produire un fromage fermier de façon traditionnelle, en estives, et de le commercialiser en utilisant l’image de l’ours, matérialisée par une empreinte de patte d’ours sur la croûte, symbole de la qualité du terroir. Une trentaine de bergers-fromagers participent au programme et une vingtaine de tonnes de fromage est produite en moyenne chaque année, en majorité du fromage de brebis.

Pour en savoir plus sur les noms de l'ours :

L'homme et l'ours. Jean-Dominique LAJOUX, éditions Glénat.

L'ours, histoire d'un roi déchu. Michel PASTOUREAU, éditions du Seuil.

Que nous l'appelions Lou moussu, Pè descaous, Martin, Nounours ou Hartza, puisse-t-il vivre encore longtemps, sauvage, dans les Pyrénées !

mardi 6 janvier 2009

L'hiver est là...


Sous un pâle soleil, la randonnée de ce dimache est glaciale. Les sentiers sont pris dans une gangue de glace, et l'équilibre est précaire.


Paysages magnifiques, ici, pas besoin de guirlandes ou de neige artificielle.La moindre flaque est devenue dentelle.



Le froid des dernières nuits (-12°) a gelé les lacs pour le plus grand plaisir des promeneurs, des patineurs, et des chiens... (le lac du Petit Maclu)

lundi 5 janvier 2009

Le loup, mythes et légendes...


Lundi, après un sympathique repas chez nos amis de Pontarlier, nous avons fait une halte à la maison de la réserve à Remoray.
Sur le thème du Loup, Mythes et Légendes, 35 auteurs ou illustrateurs jeunesse exposent avec la maison d'édition jeunesse franc-comtoise La Cabane sur le chien, du 20 septembre 2008 au 4 janvier 2009. Il était grand temps de nous décider !!!

http://www.maisondelareserve.fr/expo_loup_mythe_legendes.php , où vous trouverez, à la rubrique actualités, d'autres photos de cette exposition originale.





Cette exposition artistique sur le Loup est réalisée dans la cadre du programme LOUP.

En effet, le loup a totalement disparu de la montagne jurassienne à la fin du 19ème siècle. Depuis son retour NATUREL en France en 1992 dans le parc du Mercantour, l’espèce ne cesse de conquérir, vers le Nord, de nouveaux territoires, le long de la chaîne alpine.


Au cours de l’été 2003, le loup fait son apparition dans la montagne jurassienne. Au Sud du département de l’Ain, plusieurs attaques sur des troupeaux de moutons lui sont attribuées suite à des analyses génétiques. En juin 2007, dans le sud département du Jura, un troupeau de moutons a été attaqué par un canidé. Selon les membres du réseau loup, les caractéristiques de cette attaque sont typiques du loup. La recherche de nouveaux territoires continue vers le Nord. Au regard de cette évolution rapide de la population, les spécialistes s’accordent à penser que le loup cherchera à s’installer dans le massif du Jura. Les conditions de vie y sont plutôt favorables : la couverture forestière suffisante et la nourriture abondante. Car face au retour potentiel du loup dans nos forêts jurassiennes et à son impact prévisible sur une société qui pendant plus d’un siècle a vécu en l’absence de ce prédateur, il semble en effet indispensable de se préparer.

samedi 3 janvier 2009

Indécent...

Vu à la jardinerie où j'achète les croquettes pour mon chat. Je ne citerai pas le nom : il commence par Brico et se termine par Marché !!!


Un peu plus loin...

Et ce n'est pas fini...


Pendant ce temps les bénéficiaires des "Restos du Coeur" sont toujours plus nombreux !

« Si dans 10 ans on existe encore, ça voudra dire qu'on aura perdu », disait Coluche en 1985.

Vingt-trois ans après, les Restos du cœur non seulement sont toujours là, mais fleurissent un peu partout comme, paradoxalement, la misère qui leur permet d'exister et de se développer. Chaque année, des millions de repas sont distribués par des bénévoles dévoués et sincères à des centaines de milliers de personnes dans la détresse et la souffrance, sans parler des milliers de bébés aidés par des « Restos et points Bébés du cœur ». Ces chiffres sont en augmentation constante.

Cherchez l'erreur...