Vous pouvez aussi visiter mes blogs d'art postal :

ART POSTAL - REÇUS et liens vers les blogs de mes correspondants :
http://artpostalrecus.blogspot.com/

ART POSTAL - ENVOIS de 2010 à 2016 : http://artpostalenvois.blogspot.com/

vendredi 31 décembre 2010

vendredi 24 décembre 2010

Joyeux Noël !


A tous qui passez par ici, je vous souhaite de très belles fêtes de Noël.
Que nos amis ne s'inquiétent pas de ne pas avoir de nouvelles, nous sommes en panne d'ordinateur, et avons perdu notre carnet d'adresses.
Il sera regarni au fur et à mesure de vos messages.

dimanche 19 décembre 2010

Québec : sous le signe de l’ours noir.

Avant l’observation des ours polaires à Churchill, nous avons passé 3 semaines au Québec sous le signe de l’ours noir.
Dans toutes les régions où vit l’ours noir, les mises en garde sont nombreuses.

Pour des raisons de sécurité, et pour une cohabitation harmonieuse humains-animaux, des informations pratiques sont affichées dans les lieux où des rencontres sont possibles.
Au début de notre séjour, dans le parc national de la Mauricie, nous avons eu l’occasion d‘observer des ours noirs qui vivent tout près des maisons.


Accompagnés d'un guide, nous avons attendu le coucher du soleil pour gagner une cabane en lisière de bois. Là, des oeufs et des fruits sont déposés, ce qui nous a permis d'observer non seulement 2 ours noirs-un jeune et un adulte, énorme !- mais aussi un loup, et des ratons-laveurs...


C’est au cours d'une randonnée dans le parc national de Forillon que nous avons pu observer une crotte d’ours, mais pas l’animal. Qu’aurions-nous fait ? Malgré les renseignements, le face-à-face ne doit pas être évident...


La réserve faunique du Cap Tourmente est connue surtout pour la migration d’oies des neiges. Là aussi, tout est mis en œuvre pour que les éventuelles rencontres se passent au mieux.


L’image de l’ours est très utilisée dans les domaines touristiques et commerciaux, qui ont su faire un atout de la présence de l'animal.
Nombreux sont les B & B (au Québec, on dit aussi Couette et Café) qui arborent fièrement l'animal, malheureusement souvent fermés à notre passage.
Dommage...




samedi 27 novembre 2010

Couleurs d’hiver.

Depuis mardi matin, de légères chutes de neige sont notre quotidien.
Hier matin, au lever, tout est blanc, environ 12 cm de neige cachent le jardin
Un peu tôt en saison ! Il est rare d’avoir déjà autant de neige un 26 novembre.


Les oiseaux sont fidèles et attablés au tournesol déposé sur le rebord de la fenêtre, en attendant que les mangeoires soient installées.
Tout ce blanc saura –t’il nous faire oublier les splendides couleurs de l’été des Indiens, au Québec.


Un mois déjà, cela semble si loin...

dimanche 14 novembre 2010

Churchill : sous le signe de l'ours polaire...


La ville de Churchill a pour particularité d'accueillir une grande population d'ours polaires. Les touristes viennent du monde entier pour les admirer en octobre et novembre.


Malheureusement, les ours de Churchill se font de moins en moins nombreux et pourraient même bien disparaître.
Le réchauffement climatique retarde en effet chaque année un peu plus la formation de la banquise où les ours ont l'habitude de chasser leur garde-manger, les phoques.


Si on admire encore l’ours polaire dans la toundra, une visite en ville permet d’observer qu'ici, on a bien compris l’exploitation qu’on peut faire de l’image de l'animal... Un exemple à suivre pour les Pyrénées françaises ?


Quelques restaurants, des boutiques de souvenirs, des B and B, certaines entreprises et même les noms de rues ont leur enseigne à l’effigie du « Polar Bear »...


J’ai lu dans un article, que pendant l’été- quand les visiteurs viennent observer les bélugas- certains restaurants changeraient leur déco...
A vérifier !

mardi 2 novembre 2010

Churchill, royaume de l’ours polaire.

Churchill, 1000 habitants, à 1000 km au nord de Winnipeg capitale du Manitoba, accueille comme chaque automne les ours polaires et les touristes qui viennent les observer …


De septembre à mi-novembre mais de plus en plus tard au fil des ans, les ours polaires se rassemblent le long de la baie d’Hudson, et attendent que l’eau gèle. Dès que la banquise est formée, ils ont accès à leur nourriture préférée : les phoques.


Et ça presse, car ils jeûnent depuis quatre mois, en été, pas grand chose à se mettre sous la dent dans la toundra : des oeufs, quelques oiseaux, des lemmings et... les poubelles des hommes.



La ville de Churchill se trouve exactement sur la route qu’empruntent les ours pour se rendre au rivage.
Les habitants sont exaspérés par la présence des animaux, et aussi par celle des visiteurs qui n’envisagent pas toujours le danger – c’est quand nous avons vu notre guise armé que nous avons compris que nous pouvions réellement nous trouver nez-à-nez avec un ours.


Des panneaux nous préviennent un peu partout du risque et des zones interdites, quand on se déplace à pied !


Si un ours s’approche trop près des habitations, il est mis en fuite par des pétards. S’il insiste, il est attiré par un appât, et piégé. Ensuite, il est incarcéré dans une cellule de la prison - pardon, du centre de rétention - sans nourriture, bien sûr pour lui éviter d’avoir envie de revenir.


Il est ensuite relâché sur la glace une fois l'hiver revenu. Quand la prison se remplit trop vite, certains individus sont libérés très loin de Churchill à l'aide d'un hélicoptère.


A notre passage, il y avait cinq pensionnaires, mais bien sûr, visites interdites, les contacts humains-animaux étant limités au strict nécessaire...


Ils seront libérés dès que la glace sera formée, ce qui ne devrait tarder, vu la température ambiante : - 5°, avec un blizzard terrible.

jeudi 28 octobre 2010

De retour...

Un mois au Canada, passé bien trop vite !
Nous avons la tête pleine d’images : l’été et ses couleurs éclatantes, les Québécois, si sympathiques et accueillants, la Gaspésie aux paysages magnifiques.


Il y a une semaine, nous étions à Churchill, admirant les fabuleux ours polaires, qui attendent patiemment, que la banquise se forme...


Dans la toundra glacée, ils dorment, jouent, ou observent avec curiosité les bipèdes frileux qui les visitent.


Pas de risque, ce sont les humains qui sont en cage !

Des moments précieux, inoubliables, quand on pense que la survie de l’espèce est menacée par les dérèglements climatiques.

lundi 27 septembre 2010

Ours polaires.

Blog en sommeil pour cause de voyage .
Retour prévu le 26 octobre.
Au programme : une semaine à Montréal, une quinzaine de jours pour faire le tour de la Gaspésie, et enfin Churchill et ses ours polaires - s'ils sont au rendez-vous.

Quelques photos pour vous aider à attendre ... J'aimerais en rapporter d'aussi belles !




A plus tard !

De Scandinavie.


 Anne-Marie et Philippe rentrent d'un long périple en Scandinavie.

  

Ils sont allés jusqu'au Cap Nord, et m'ont envoyé récemment ces souvenirs de leur voyage tout au nord de l'Europe.
 
 
 
Un immense merci pour ces photos originales et inattendues...

dimanche 26 septembre 2010

Des ours en septembre...

D'ici ou là, le début de l'automne apporte une belle récolte dans la "Caborne", merci à tous de vos attentions .

De Florence qui rentre du salon "Gueules de Miel " à Paris :




Offet par ma fille Mathilde, un  ouvrage superbement illustré pour enrichir ma collection :
Et de ma sœur Denise, de belles cartes dans une enveloppe postée à Paris, mais pas oblitérée :








vendredi 24 septembre 2010

Cluny : l'apogée de l'art roman.

Parmi les superbes visites que nous faisons au cours de nos escapades, l'art roman tient une place privilégiée.

Si vous aussi, vous aimez l'art de cette période, vous avez jusqu’au 30 septembre 2010 pour découvrir, (si ce n’est déjà fait) et vous régaler avec la magnifique exposition « Cluny, apogée de l’art roman» au cellier de l’abbaye de Cluny.


Nous sommes rentrés enchantés de notre visite, fascinés par la variété et la qualité exceptionnelles des œuvres des artistes de cette époque, œuvres réunies pour la, première -et certainement dernière fois.


Pour ceux qui n’auront pas la possibilité de visiter l’exposition : une vidéo :
http://www.youtube.com/watch?v=0sBy_mrrj7E&feature=player_embedded#!


Communiqué de presse :
Le Centre des monuments nationaux célèbre le 11e centenaire de la fondation de l’abbaye de Cluny et réunit pour la première fois près de 130 œuvres d’art exceptionnelles, sculptures, mosaïques, orfèvrerie et quelques-uns des plus beaux manuscrits enluminés médiévaux, chefs-d’œuvre du monde clunisien, issus d’institutions prestigieuses et de collections privées.
Dans le Cellier et le Farinier, l’exposition s’organise en huit sections.

La première salle, le Cellier, accueille 5 sections qui permettent de découvrir successivement les débuts de l’art dans l’univers clunisien, la vie liturgique, l’organisation du monastère et Cluny en France et hors de France.


Chapiteaux et sculptures provenant de différents sites clunisiens illustrent les évolutions de la sculpture de Cluny et de ses dépendances (Mozac, Nevers, Toulouse, San Benedetto Po,…). De nombreux vestiges du cloître de Cluny, réalisé par l’abbé Pons vers 1115-1120, seront présentés pour la première fois au public, permettant ainsi de découvrir la richesse artistique de l’abbaye de Cluny au début du XIIe siècle et notamment illustrer l’organisation du monastère.


À l’étage, dans le Farinier, 3 sections permettent d’apprécier la beauté des manuscrits clunisiens ; de découvrir les parties orientales de la grande église Cluny III et enfin de comprendre la diffusion de l’art des sculpteurs ayant œuvré à Cluny. Sont ainsi présentés de façon totalement inédite des manuscrits écrits et illustrés au scriptorium de Cluny aux XIe et XIIe siècles.


La Bibliothèque nationale de France a accordé un prêt exceptionnel afin qu’une dizaine de ces très précieux manuscrits reviennent sur leur lieu de création plusieurs siècles après leur réalisation. Le Ildefonsa de Parme, le lectionnaire de Cluny (Musée National du Moyen Âge, Paris) sont mis en regard avec, par exemple, les Homélies de saint Augustin sur l’Évangile de saint Jean (Bibliothèque nationale de France).


Dans la deuxième partie du Farinier, les parties orientales de la grande église sont mises à l’honneur. Les grands chapiteaux du rond-point, la barrière de chœur, des fragments de pavage sont mis en regard et permettent ainsi d’approcher l’intérieur de cet édifice. Les historiens de l’art ont pu mettre en évidence que les sculpteurs de Cluny se sont vu confier des réalisations hors de la grande abbaye clunisienne. Ainsi, des œuvres sculptées par les mêmes hommes sont présentées à proximité des chapiteaux de Cluny : chapiteaux de la Madeleine de Vézelay (sous réserve), fragments sculptés provenant notamment de Valence et de Savigny.